Ils en parlent
Ils en parlent...

"Un grand voyage hors de toute réalité, un dépaysement total au rendez-vous"

"Coup de cœur pour ce roman fantasy épique de Charles Chehirlian, un premier roman pour cet auteur que je trouve particulièrement bien abouti. J'ai eu énormément de plaisir à me plonger dans le monde qu'il a créé, grâce à la carte qu'il nous propose au début de son livre, il m'a été très facile de bien situer les lieux qu'il nous décrit et j'ai eu un grand plaisir à la consulter tout au long de ma lecture.

Ce roman se déroule sur la terre d'Hashkaria où l'acier, la magie et le savoir, cohabitent, mais jusqu'à quand ? Des querelles entre différents royaumes existent depuis longtemps, le roi sanglant prépare une grande invasion, son désir : tout détruire. Un groupe de personnes, tous différentes, vont se lancer dans une quête qui pourrait changer la face du monde.

Souvent, lorsque je commence la lecture d'un roman fantasy, il me faut un peu de temps pour bien m'imprégner de l'ambiance, des lieux et des différents personnages et avec ce roman je me suis tout de suite senti bien et immergé dans ce que l'auteur me proposait. Je n'ai trouvé aucun temps mort, les descriptions ne sont en rien barbantes, très bien dosées pour encore plus nous faire rentrer dans cet univers incroyable. Plusieurs personnages m'ont marqué ou touché, Korgh, Jartus, Emiaelle pour ne citer qu'eux.

Un premier tome et surtout un premier roman pour Charles, j'ai apprécié son style, son écriture est très agréable, je suis fan de son imagination fertile, après avoir fini ma lecture, je n'ai qu'une envie, c'est de connaître la suite. Merci Charles Chehirlian de m'avoir permis de connaître ton univers, j'ai pris mon temps pour savourer ton roman chapitre après chapitre, vivement la suite."




"À la manière de G.R.R. Martin, Charles Chehirlian brasse de nombreuses destinées dans son roman. Une grande fresque épique qui nous propulse à la conquête de belles contrées comme c'est la coutume en high fantasy."

"Les littératures de l'Imaginaire plaisent aussi bien aux lecteurs qu'aux jeunes écrivains. Que ce soit en salons ou de manière plus générale sur les réseaux sociaux, on constate un nombre accru de nouvelles plumes françaises de fantasy. C'est un genre qui séduit autant qu'il inspire. Charles Chehirlian ne cache pas son envie d'écrire un récit offrant évasion et merveilles. Dès le début, il a l'idée d'une oeuvre ambitieuse. Il veut faire de Kyan Rogh, une tétralogie. Je le remercie d'ores et déjà de l'intérêt qu'il a porté à Fantasy à la carte afin que le blog publie un avis sur son premier roman.
Kyan Rogh est un cycle qui se conte à plusieurs voix. Les personnages de Charles Chehirlian sont légions. Leurs histoires viennent à tour de rôle nourrir un récit riche d'intrigues complexes et entremêlées.

Dans le monde d'Hashkaria, les royaumes se font la guerre depuis des temps immémoriaux. Des conflits qui profitent à certains et nuisent à d'autres. Des animosités qui vont servir les desseins machiavéliques d'une sombre puissance qui tire les ficelles en secret et se sert des gens, tels de vulgaires pions afin d'arriver à ses fins. Dans cet univers empoisonné par la haine et l'ignorance, des hommes et des femmes refusent de se laisser manipuler impunément et cherchent à démasquer les instigateurs de ce complot dont ils sont les victimes.

A la manière de G.R.R. Martin, Charles Chehirlian brasse de nombreuses destinées dans son roman. En effet, il met en scène plusieurs royaumes gouvernés par de fortes personnalités qui sont hostiles les uns envers les autres. Manipulés par quelques intrigants, certains sont même au bord de se faire la guerre. Le but étant ici de créer le chaos qui servirait de diversion pour cacher leur véritable objectif. L'auteur a introduit beaucoup de protagonistes dans son histoire, sans doute dans le but de donner de la consistance à son intrigue. Ce premier roman se veut le plus détaillé possible afin de donner corps à un univers précis riche d'un point de vue géographique, religieux et historique. Il a un vrai souci de crédibilité et de cohérence quant à l'environnement dans lequel il insère son texte. On sent les nombreuses lectures qui ont nourri son récit. Derrière ses lignes, il y a un gros travail propre à l'écriture des grandes sagas.

Personnellement, j'ai toujours un peu de mal quand il y a trop de personnages. Il est difficile de capter l'attention des lecteurs lorsque de nombreuses histoires sont menées de front. Cela a été le cas avec ce roman car il m'a fallu atteindre la moitié du livre pour m'y retrouver et comprendre enfin où l'auteur voulait en venir. A ce moment, la lecture est devenue plus intéressante.

Kyan Rogh repose sur une intrigue qui fonctionne bien malgré tout. Elle ne manque pas de rebondissements. Je dirais qu'il faut se laisser le temps de s'immerger dans ce monde nouveau pour vraiment l'apprécier.

C'est une grande fresque épique qui nous propulse à la conquête de belles contrées comme c'est la coutume en high fantasy. Même s'il est question aussi de grandes batailles, l'auteur insiste plus volontiers sur les complots et les trahisons qui se trament dans le dos de ses héros plutôt que de décrire des scènes de combats à n'en plus finir. Un parti pris qui fonctionne bien.

Ce premier roman est une introduction à un cycle qui se veut audacieux et donne le ton à une quête qui sera de toute évidence au long court. Attendons donc de lire la suite pour voir si l'auteur répond à toutes ses promesses."


"Une épopée captivante ! L'aspect fantastique mêlé au côté historique rend ce roman unique en son genre, capable de nous transporter dans un autre monde, duquel on ne voudra plus partir."

" Au-delà des contes et des légendes se trouve la vérité, le savoir ultime de toute chose. Sur les terres d’Hashkaria, nombreux sont ceux qui souhaitent détenir cette force au prix de leur vie. La quête de l’artéfact ne fait que commencer...

Depuis l’effervescence qu’a engendré la série « Game of thrones », le high fantasy a de nouveau trouvé sa place dans le coeur des lecteurs !

Pour son premier roman, Charles Chehirlian n’a pas fait les choses à moitié … Ce premier tome de « Kyan Rogh : l’artéfact insoupçonné » est un préambule aux chroniques de l’Anahsmut, univers tout droit sortis de l’imagination de ce jeune auteur. Ce beau bébé de presque 600 pages introduit avec souplesse, la quête de l’artéfact auquel vont se livrer plusieurs civilisations venues de contrées de l’Hashkaria. Cette épopée historique est d’autant plus captivante par le choix de l’auteur d’avoir soigneusement entrelacé arts mystiques et scientifiques et légendes fantastiques.

Cet ouvrage fait état de l’imagination débordante de l’auteur mais également de son travail et de sa minutie, nous offrant un univers riche et construit. La multitude de personnages ne sera en rien un problème pour le lecteur puisque, malgré le fait que certain d’entre eux sont amenés à se rencontrer, la plupart se verront dédié un chapitre indépendamment des autres, venant enrichir l’intrigue principale.

Au-delà de cette richesse descriptive, l’intrigue se déroule dans un rythme sans faille où les actions se succèdent, donnant lieux à des scènes émouvantes, des scènes de batailles et de conflits plus vrais que nature faisant tout l’aspect épique et historique de ce roman.

Au fil des pages, mystères et légendes seront également de mise, apportant une autre dimension au roman pour notre plus grand plaisir. Cet aspect fantastique mêlé au côté historique rend ce roman unique en son genre, capable de nous transporter dans un autre monde, duquel on ne voudra plus partir. "


"Une belle entrée en matière qui promet une suite palpitante !"

" Alors quoi dire de ce beau bébé de presque 600 pages ? Bah ... c'est pas mal sympa !

Points positifs : écriture très fluide, personnages bien présentées, histoire très intéressante, couverture très jolie (et pour moi, la couverture est très importante !)

Points négatifs (car il en faut bien) : parfois il y a trop de longueurs, trop de descriptions et un poil trop de politique (et on s'y perd). Mais attention, ce n'est pas un point rédhibitoire ! c'est juste que j'ai beaucoup de mal avec la description, cela ne me parle pas. Cependant je trouve que tous les chapitres sont bien explicatifs.

En recevant ce livre, j'avais une petite note de l'auteur expliquant son cheminant d'écriture. Donc je savais que j'allais avoir de la description. Alors oui, parfois, j'ai sauté des passages pour arriver à l'essentiel. En général, c'est le côté géographie que j'ai zappé car avec les cartes en début de livre, cela me suffisait. En attaquant le livre, j'ai vite compris que cela allait être complexe : qui est qui ? contre qui ? avec qui ? Et pour mieux comprendre l'intrigue, je me suis fait un petit papier à côté avec les noms et les relations. J'avoue que cela m'a bien aidé car un moment j'étais perdue. Je me suis dit "oh non, pourvu que ce ne soit pas aussi compliqué que Game Of Thrones !" et puis finalement non. Deux choses m'ont sauvé : mon petit papier gribouillé et l'écriture de l'auteur. Car oui, faut quand même le souligner : c'est super bien écrit, fluide et les chapitres bien organisés.

Par rapport aux différents personnages : ce que j'ai bien apprécié c'est qu'ils ont tous un chapitre d'introduction. On les découvre sur un moment de leur journée, ce qu'ils font mais sans trop en dévoiler, ça intrigue, on se dit qu'il doit être important pour la suite (et hop, direction le petit papier ^^ ). Ils sont attachants, intrigants, surprenants, ils sont vraiment bien !

Par rapport à l'histoire : c'est un peu complexe et pendant les deux tiers du livre, on ne sait pas trop où l'on va, on ne sait pas comment on y va, on ne sait pas comment tout ce beau monde va se réunir. Et puis il y a le dernier tiers.... et alors là .... Mesdames et Messieurs ... Accrochez-vous car c'est très intense ! Tout s'éclaircit, les suppositions que l'on a se confirme (ou non), les vilains se révèlent encore plus vilains, etc.

Par rapport à l'écriture : c'est super bien écrit, très jolie plume. On cerne bien tous les personnages, toutes les actions, tous les codes des différentes sociétés. Lors de la première vraie bataille, un vrai régal à lire, c'est bien décrit (sans trop) et on vit vraiment l'action en même temps que les protagonistes.

Mes deux passages préférés : la première bataille entre la Chyldérie et la Birmagie. C'est d'une puissance, d'un réalisme, d'interrogation (où il faudra attendre la fin du livre pour avoir la réponse à une certaine question :p). Bref, j'ai vraiment aimé lire ce passage, qui dure pas mal de chapitre. Mon second passage : c'est le gros clin d'oeil à Astérix et les 12 travaux. Vous savez ? le passage dans la maison des fous ... Le fameux laisser-passer A38 ... Et bien on a le même dans ce roman ! J'étais morte de rire toute seule en lisant ^^

Ma plus grande frustration : mais qu'est-ce qu'il se passe après ? que va-t-il arriver à Fyrk ? et cet artéfact ? trop plein de questions qui n'ont pas encore de réponse.

Bref, c'est une superbe lecture, même si le but réel du livre est long à venir (mais je suis sûre que le tome 2 ira plus vite), l'auteur mérite vraiment d'être connu et j'espère que cette saga aura son petit fan club. "


"Ce roman est doté d’un univers extrêmement riche, comme on en voit peu. On sent que tout a été pensé dans les moindres détails"

"Ce roman est doté d’un univers extrêmement riche, comme on en voit peu. On sent que tout a été pensé dans les moindres détails: la religion, la politique, la géographie… On trouve même, à un moment, une chanson dans le livre, partition incluse (c’est rare de voir ça, et j’ai beaucoup apprécié). Les personnages sont également très travaillés.

A noter qu’une carte est fournie au début du livre, carte qui s’étale sur trois pages, en couleurs et très détaillée, un bon point pour s’y retrouver! J’en profite au passage pour signaler que si vous optez pour la version papier, le livre est globalement très beau, avec une couverture que j’ai vraiment appréciée.

Le seul défaut que je trouve au livre découle directement de ce premier point très positif: un univers aussi dense, c’est compliqué à bien introduire. Et là, les premiers chapitres font un peu exposition. Je lis très vite: aussi, ça ne m’a pas dérangée. Pour des personnes avec un rythme de lecture moins soutenu, je pense qu’il peut être un peu désagréable, sur le début, d’avoir autant de descriptions et surtout de mise en place de l’univers. Néanmoins, il serait dommage de renoncer à la lecture pour cela: par la suite, le rythme devient plus fluide, et on apprécie pleinement l’histoire, d’autant plus qu’elle vient donc se poser sur un background très complet.

On a de l’action, en quantité: il faut dire que le roman est assez épais ( 625 pages, pour un premier tome, c’est conséquent), ce qui est très agréable. Si je ne m’identifie pas vraiment aux personnages, comme ça peut parfois être le cas, le fait qu’ils soient bien développés permet cependant de s’attacher à eux, de trembler avec eux parfois. J’ai notamment beaucoup aimé le personnage de Korgh. Le récit nous offre plusieurs points de vue, un choix judicieux étant donné l’étendue de l’univers.

Un excellent livre donc, un premier tome très prometteur qui donne envie de connaître la suite!"